Le MLM au quotidien

Parlez pro! : Top 10 des expressions à piquer au monde de l’entreprise

parler pro

Le poids des mots

 

Alors même que la langue française s’appauvrit, notre langage nous stigmatise de plus en plus et est plus que jamais source d’hypocrisie et victime du politiquement correct. On ne dit plus “femme de ménage”, mais “technicien de surface”, ou “sourd”, mais “malentendant” etc…. Le monde de l’entreprise n’échappe pas à cette tendance, et les mots que vous employez ont vite fait de vous enfermer dans une catégorie. En prendre conscience c’est déjà avoir un levier pour faire changer le regard des autres sur votre travail.

Il ne faut pas négliger la façon de s’adresser aux autres, car cela a un fort impact sur la manière dont nous sommes perçus et sur le succès de nos interactions. Les mots ont un réel pouvoir: ils nous trahissent, nous consolent, nous blessent et surtout, nous dévoilent. D’une façon inconsciente, nous sommes tous sensibles à la subtilité de la langue et cela va impacter nos décisions. Le choix de termes appropriés n’est donc pas anodin.

S’il s’agit bien d’une entreprise, le marketing relationnel est cependant une entreprise un peu particulière. Elle s’est dotée d’un jargon qui lui est propre, ce qui n’est pas forcément l’idée du siècle. En effet, cela peut au minimum dérouter, voir même aller jusqu’à rebuter d’office et nourrir des préjugés. Un vocabulaire trop connoté et bourré d’anglicismes peut vous enfermer, bref, vous vous retrouvez “ trahi par les mots”.

Pour être considéré comme un entrepreneur, il convient donc de s’exprimer comme un entrepreneur !

 

Top 10 des expressions à changer ou à comprendre

 

 

  1. Activité à temps choisi: la plus dangereuse car elle impacte non seulement le regard des autres mais également votre attitude.
  • Activité: une activité n’est pas un travail. Le tennis, le macramé, le bénévolat sont des activités. Le marketing relationnel est un travail. Tant que vous ne considérerez pas cela comme un travail, peu de chance que votre entourage vous prenne au sérieux…
  • A temps choisi: je préfère parler de temps partiel. Les heures de boulot sont les heures de boulot, et ne doivent pas systématiquement passer derrière tout le reste. On organise sa vie en fonction de ces heures, mais, une fois fixées, on essaie au maximum de s’y tenir. Pas de réussite sans un minimum de rigueur !

 

  1. Travail à domicile: même si de plus en plus de professions y viennent, cela a encore un relent d’amateurisme. Personnellement, je préfère parler de “bureau nomade”. Cette expression a le grand avantage de faire comprendre que vous n’êtes pas bloqué à la maison mais que vous pouvez travailler de n’importe où, ce qui peut en faire rêver plus d’un…

 

  1. Les revenus résiduels: il est important de savoir expliquer de quoi il s’agit et en quoi c’est avantageux. Suivez le lien ! : http://www.marketingdereseaupratique.com/baisse-des-retraites-4-idees-de-revenu-residuel/

4.  Statut de VDI ou auto-entrepreneur ou société unipersonnelle etc: pour travailler en France, il faut un statut.

Une fois que vous avez trouvé le vôtre, vous devez savoir l’expliquer : avantages, désavantages, cotisations sociales etc…      le Net regorge de sites vous l’expliquant, pas d’excuses! On imagine difficilement un entrepreneur “classique” tout ignorer de son statut. Vous êtes un entrepreneur, comportez vous en entrepreneur.

 

  1. Sponsor, upline, downline, etc…. très fortement connotés marketing relationnel américain et incompréhensibles pour les non initiés. En France, le terme sponsor fait surtout référence au monde du sport : un sponsor est quelqu’un qui paie pour…. Ce qui n’est pas le cas dans le marketing relationnel. Personnellement, je préfère donc parler de “référent” et de “partenaires”.

 

  1. Parler argent: dire “je ne gagne pas encore ma vie” ou “ je ne fais pas encore de bénéfices” sent l’amateur. Préférer, “ je suis en phase d’amortissement” ou “ je vise à atteindre un seuil de rentabilité”. D’accord, ça fait un peu jargon de banquier, mais à vocabulaire sérieux, crédibilité !

 

  1. Distributeur: à éviter si vous ne voulez pas qu’on vous distribue… des baffes ! Un distributeur vend et rien d’autre. Essayez de demander à un distributeur de soda de vous donner les ingrédients présents dans ses canettes. Bonne chance ! Dans le marketing relationnel, notre premier et principal travail est un travail de conseil et d’accompagnement. Le terme de “conseiller” me semble donc beaucoup plus approprié.

 

  1. Les formations: chaque entreprise de marketing relationnel a un mot pour les qualifier. Le plus simple me semble être celui de “séminaire professionnel”. Tout le monde le comprend, et ça fait pro.

 

  1. On ne dit pas: “mon prospect m’a planté”, mais “ ma présentation est ajournée. Ça n’a l’air de rien, mais c’est excellent pour le moral!…

 

  1. MLM, marketing de réseau, marketing relationnel: c’est là que le bât blesse. Difficile de prendre de la distance par rapport à ces mots, car il faut bien définir notre profession, d’autant que nous n’avons aucune raison d’en avoir honte.. D’où l’importance de savoir se présenter, de faire un bon pitch. Patience, cela fera l’objet d’un prochain article!

 

Et vous, avez-vous déjà été trahi par des mots dans l’exercice de votre profession?

Print Friendly, PDF & Email
Share this post



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.