Le MLM au quotidien

MLM: Réussir avec la méthode Chink

la méthode chink

Comment une femme a été initiée au MLM par…. sa mémé!

 

Dans l’esprit de nombreuses personnes, le marketing de réseau est une invention américaine. S’il est vrai que ce sont les américains qui l’ont érigés en système, en revanche, les valeurs initiales de ce mode de travail sont très universelles. Ces valeurs étaient déjà celles de ma grand mère, elle serait ébahie de l’entendre !

 

Mes grands parents étaient ce que l’on appelait des petites gens, des paysans. Ils ont survécu toute leur vie avec  dix vaches laitières pour seule richesse. Autant dire que très peu d’argent rentrait dans cette maison, il en ressortait encore moins. Forts de cette situation, mes grands parents avaient des idées bien arrêtées sur l’argent et sur la façon de le dépenser. Ces idées, au nombre de 3 étaient simples et inscrites dans le marbre ( ou, devrais-je dire, dans la crème…) :

  • Ne jamais rien acheter à un inconnu
  • On ne dépense pas l’argent que l’on n’a pas. Le crédit ne passera jamais par eux
  • Quand on doit acheter, on achète de la qualité, car au bout du compte, la qualité revient toujours moins cher.

C’est pourquoi ils vivaient au maximum en autarcie, mémé Simone allant même jusqu’à confectionner les chemises du pépé.

Aussi, imaginez notre surprise lorsque mémé Simone nous annonça qu’elle voulait s’acheter une télé! L’effet de surprise passé, et dans le but de lui faire faire des économies, nous lui avons proposé de l’acheter soit sur Internet, soit en grande surface. Après nous avoir posé quelques questions, elle en vint à conclure qu’elle ne pouvait pas nous laisser faire. Mr Google n’existait pas, et nous ne connaissions pas intimement le directeur de la grande surface ! Non, non, c’était décidé, elle irait chez Chink! Elle venait de m’apprendre l’importance de la confiance et de la proximité.

Chez Chink. Comprenez, la quincaillerie du village, un de ces endroits improbables quasi disparus où l’on trouvait de tout, un mélange de caverne d’Ali baba et de BonMarché, un bric à brac invraisemblable où le monde de la campagne avait un aperçu de la richesse des grandes villes concentré sur 100m2. Mort aux rats, élastiques pour bocaux de conserve, pioches, vaisselle en tout genre, bibelots kitchissimes, pièces pour les tracteurs, électroménager, toute la panoplie du bricoleur, rouleaux de moquette et autres peintures, vises et écrous, tasseaux de bois et casseroles en cuivre, pigments de teinture et …. téléviseurs ! Le point commun à tous ces articles étant la qualité. Les choses étaient faites pour durer, et même la mort au rat était la meilleure que vous puissiez trouver sur le marché. Pour l’anonymat, c’était une autre affaire. Si vous aviez donc à l’esprit une utilisation illicite de votre mort au rat, il vous fallait passer par un autre fournisseur…Digression mise à part, revenons à nos vaches laitières…

 

Forte de sa décision, la mémé se mit à farfouiller dans son armoire de mariée en noyer et trouva ce qu’elle cherchait derrière sa pile de draps en gros coton qui gratte. On la vit piocher dans une boite rouillée de gâteaux Bretons et en ressortir son petit magot, fruit d’années de privation, qu’elle rangea soigneusement dans son sac à main. Sans un regard pour nous, la voilà partie, trottinant jusque chez Chink, son sac garni de son magot serré sur son sein généreux, petite souris déterminée . Et nous la vîmes revenir une demi-heure après, sans télé, mais annonçant, sans autre explication, que Mr Chink “passerait demain”.

Et effectivement, le lendemain à 19H30 Mr Chink était là. Après avoir demandé à la mémé de s’installer dans son fauteuil, il fit le tour de la pièce du regard, vérifia sur quel mur placer la télé, estima quelle était la meilleure taille pour la configuration de la pièce, et détermina de quels câbles il aurait besoin. Bref, il fit un questionnaire de départ, afin d’adapter au mieux son offre par rapport aux besoins de la mémé. Un « t’it canon », et hop, le voilà parti en annonçant qu’il reviendrait le lendemain. Je venais d’apprendre la notion de “ adapter son offre aux besoins du consommateur”.

Le lendemain, Mr Chink, le retour ! Après avoir installé mémé dans son fauteuil, il mit le poste en place, régla les chaines et expliqua à la mémé le b.a.-ba de la télécommande avec des consignes simples: 18 boutons, 3 utiles . On/off, le volume, les chaines. Point. Pour les autres, “ passez au magasin si besoin”. Et hop, un « t’it canon » et le voilà dehors. Je venais d’apprendre la notion de “ service clientèle”.

Tout se passa très bien pendant plusieurs mois, et chaque fois qu’elle passait au magasin, Mr Chink demandait des nouvelles de la télé, comme il aurait fait avec un membre de la famille. Un jour néanmoins, elle trouva à redire car, je cite “ elle marche bien la télé, mais c’est embêtant ces phrases qui défilent en bas de l’écran “ . En fait, elle avait activé les sous titres en s’asseyant sur la télécommande…. Mr Chink fit un saut pour désactiver ladite fonction, et hop, un » t’it canon » …. Je venais d’apprendre la notion de “suivi”.

Depuis, les années ont passées, et le village a été absorbé par la grande ville voisine. Il est cernè par quatre grandes surfaces, et Internet est arrivé dans de nombreux foyers. La logique aurait voulu que la quincaillerie disparaisse, mais, il n’en est rien, au contraire! Mr Chink a multiplié sa surface par trois et a formé quatre employés qui travaillent exactement comme lui. Je venais d’apprendre “ la duplication”.

Aujourd’hui encore, si vous achetez une nouvelle télé dans ce village, deux choses curieuses arrivent. La première, c’est que tout le village est au courant…. La deuxième, c’est que l’on ne vous demandera pas la marque de votre téléviseur, mais vous l’avez acheté ! Et, si vous n’êtes pas allé chez Chink, on vous regarde avec commisération en pensant “ ces gens de la ville, ils sont pas bien futés…”

J’en vins donc à penser qu’il y avait une martingale gagnante derrière tout cela , un système où qualité et profit étaient compatibles. Mais, ce système quel est il ?

 

  1. Des produits de qualité : la seule façon de fidéliser une clientèle
  2. Un rapport qualité/prix performant
  3. Une distribution de proximité
  4. Un Service client gratuit en amont et en aval de l’achat
  5. Duplication de la méthode de travail

Ces conditions sont la marque de fabrique d’un commerce humain et intelligent. Cela permet de gagner:

 

  1. En réputation et en identité: notre bien le plus précieux
  2. En fidélité clientèle

 » Les deux choses les plus importantes n’apparaissent pas au bilan de l’entreprise: sa réputation et ses hommes« . Henry Ford

 

Ma grand mère, sans le savoir, était attachée aux valeurs du MLM de qualité. Son histoire nous rappelle de ne jamais sous-estimer le bon sens des gens de la terre, et l’intelligence dans l’achat des générations qui nous ont précédées. Le MLM est un subtil mélange entre les commerces de proximité d’antan et les réseaux sociaux qu’affectionnent les plus jeunes.

C’est pourquoi aujourd’hui, lorsque l’on me dit que le MLM est un système américain, j’étonne les gens en leur disant :       “détrompez vous, c’est très français, cela s’appelle la méthode Chink” !

Je ris encore de la fois où, un Monsieur ne voulant pas avouer qu’il ne connaissait pas m’a répondu : “ah, oui, je connais!”…. Mais, qui sait, ma mémé était peut être gourou dans une école de commerce !

 

Mots clés : Système; qualité; confiance; proximité; service; duplication

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share this post



6 thoughts on “MLM: Réussir avec la méthode Chink

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.