Le MLM au quotidien

Le Ridicule : un allié insoupçonné

le ridicule comme allié

 

        Le Ridicule, cet allié insoupçonné

 

 

Oser, bille en tête, faire du ridicule un allié demande pour le moins quelques explications ! En effet, de toutes les peurs primaires que nous transportons dans nos petites musettes, avoir peur d’être ridicule fait partie du top 10 de bien des gens. L’ego est chose fragile et, à l’idée que l’on puisse rire de nous, nous voilà tétanisés, l’égo en panique, les mains moites, les neurones hystériques et le cœur au bord de la rupture…

Depuis mai 68, la société a bien changé. Après les “babas cool”, nous avons connu la “ bof génération” et son scepticisme résigné, puis la génération “LOL” , qui, via les réseaux sociaux, pratique jusqu’à l’excès une bêtise transgressive. Depuis peu, on observe un grand écart entre la scène publique et le Web. Le politiquement correct a pris une ampleur inégalée, et vous ne pouvez plus rien dire sans être censuré, ou accusé d’être un “phobe” quelconque. On ne peut plus rire de tout, et, surtout pas des autres. En même temps, l’époque est très féroce via les réseaux sociaux et le respect devient une denrée rare. Une situation très antagoniste où à force d’interdire à coup de politiquement correct, on pousse certains à “lâcher les chiens”. Il est peut être temps de redécouvrir le second degré, soupape qui doit faire office de poil à gratter subversif mais pas nihiliste.

Mais, autant il est facile de souligner le Ridicule des autres qui a une tendance naturelle à nous sauter aux yeux, autant s’exposer soi-même à un peu de ridicule nous donne des sueurs froides. Mais “allo”! sachez le, le ridicule, bien manié, peut nous rendre bien des services.!

Mais, commençons par le commencement.

Définition du Larousse : “ dont on est porté à rire et à se moquer, qui est peu sensé, déraisonnable. »

Dit comme cela effectivement, cela ne fait pas très envie, personne n’aime être le dindon de la farce…

Mais, mon propos n’est pas de vous dire que c’est agréable d’être ridicule, je veux juste vous prouver que cela peut être très UTILE !

Avant toute chose, il convient de distinguer petits et grands Ridicules:

 

  1. Les petits Ridicules: nous y sommes confrontés quasiment tous les jours de notre vie. Louper une marche, râler sans savoir, avoir peur d’une araignée etc…nous y sommes tous exposés, nous le savons et le pardonnons donc bien volontiers aux autres. Face à ces petits Ridicules, 2 options s’offrent à vous:
  • Rire avec les autres: vous venez de vous étaler, plutôt que vous redresser en rougissant, marrez vous avec les autres. Vous ne serez plus ridicule, vous serez cool!
  • S’excuser : vous avez ridiculement accusé sans savoir. Excusez vous au lieu de pincer du bec et rajoutez en une couche en vous moquant de votre côté parano. Vous ne serez plus ridicule mais …fun!
  1. Les grands Ridicules : Il est des ridicules dont une réputation ne se remet pas. Méfiez vous de ceux –là, à moins d’être un pro de la com ils peuvent vous poursuivre très longtemps. Exemples à l’appui:

 

  • Vous sortez avec des potes, prenez la biture de l’année et finissez la soirée cul nu en train de retapisser le salon desdits amis. Peu de chance de pécho la jolie blonde qui vous plait tant, votre Ridicule étant imprimé sur sa rétine pour un bon moment….
  • Vous confiez votre visage au chirurgien esthétique d’Emmanuelle Béart, mais vous niez toute intervention….
  • Vous donnez raison à Cantona: l’exclusion de Benzéma est un acte raciste. Regarder sérieusement la composition de l’équipe de France,  persister vous qualifie d’office comme ridicule. Cantona n’a pas tout perdu, on parle de lui,. Pour un homme public le ridicule vaut mieux que l’oubli. Mais vous n’êtes pas célèbre, tenez en compte…

 

  1. Les Imparables: soit, ceux qui vous pourrissent la vie. Parmi ceux là, comptons les noms de famille. Qu’elle fasse un 85A ou un 100E, la pauvre Mme Grosnichon prendra cher toute sa vie…Question existentielle : Mme Seguin est- elle surnommée “biquette”, devient- elle chèvre face aux vannes moisies? Avec les Imparables, il faut soit sortir l’artillerie lourde, soit avoir un ego balaise de chez balaise. Pas donné à tout le monde!

 

Première conclusion donc, tous les Ridicules ne se valent pas. Tout est dans la mesure! “ Du sublime au ridicule, il n’y a qu’un pas”:  Napoléon Bonaparte.

 

Il convient également de distinguer les Ridicules volontaires des involontaires:

 

  1. Les volontaires: s’il est volontaire, c’est que vous l’avez choisi et que, d’une façon ou d’une autre il peut vous être utile. Il rejoint l’auto-dérision qui consiste à se moquer de soi histoire de prendre les devants. Mais, prenons un exemple. La cuisine est à la mode et chacun y va de ses petites recettes. De mon côté, j’annonce haut et fort que je suis une “ quiche” en cuisine, que je ne sais faire que de la “daube”, et j’enquille sur une histoire de repas ridiculement foiré. Bref, je ne suis pas à mon avantage, les gens se moquent gentillement et, s’ils me trouvent un peu ridicule, ils me trouvent aussi sympathique. Mais, quel intérêt me direz vous? Vous allez le voir, le bénéfice est triple !:

 

  • Les autres femmes me trouvent sympathiques, je me suis fait des copines, je ne suis pas quelqu’un de dangereux.
  • Je suis invitée très souvent car même une cuisinière moyenne ne me craint pas.
  • Je n’ai que des compliments lorsque c’est moi qui invite : pour peu que je fasse un peu mieux que de la daube, tout le monde s’ébahit, me congratule et passe une bonne soirée, satisfait du contenu de son assiette. Voilà, vous commencez à comprendre, et je suis sûre que le ridicule commence à vous faire un peu moins peur!

 

  1. Les Involontaires: ceux là vous tombent dessus sans prévenir et c’est votre capacité à les gérer qui va faire la différence. Exemple: vous tombez en panne d’essence et la CGT n’y est pour rien. Pour ne rien arranger, vous êtes une blonde peroxydée à forte poitrine. Peut on imaginer situation plus ridicule ? Alors, comment on s’en sort? En faisant des compliments à mort à la personne qui vous dépanne! Les compliments sont l’arme ultime pour détourner l’attention de l’autre. Il est tellement flatté qu’il vous oublie et, dans son esprit, vous n’êtes plus quelqu’un de ridicule, mais une jolie petite maligne ! La preuve, vous avez tout de suite vu ses qualités… CQFD

 

Deuxième conclusion donc: le Ridicule ne tue que s’il n’est pas assumé.

 

On avance, on avance! Voyons maintenant jusqu’où le Ridicule peut bien nous mener. Pour cela, regardons un peu autour de nous. Il suffit d’ouvrir les yeux pour réaliser qu’être ridicule n’empêche pas de faire de belles carrières. Preuves à l’appui:

 

  1. Dans le cinéma : Laurel et Hardy avaient peu de chance de percer en tant que jeunes premiers. Ils ont choisi le ridicule, le burlesque, comme mode de communication et on voit où cela les a mené. Idem pour Charlie Chaplin.
  2. Dans la politique : on peut être moche, mal fagoté, jouer de malchance avec le climat, faire du scooter, être la risée d’un pays mais…être Président ! Une exception? Une erreur de l’histoire? Croyez vous? Les USA s’apprêtent à élire au poste suprême un homme d’un ridicule taille XXXL ! Croyez vous toujours que le ridicule empêche la réussite ? Je ne crois pas.

 

Au contraire, cela peut être un atout. Le Ridicule présente en effet un certain nombre d’atouts:

 

  1. Il vous rend pathétique mais…sympathique ! Stéphane Plaza n’est pas en train de devenir « La » référence immobilière en France grâce à son talent, mais…grâce à ses bourdes! Il tombe, il casse, il se prend les pieds dans le tapis. Cela lui donne un côté humain, accessible et nous avons tous l’impression d’une proximité et d’une familiarité avec lui. Bref, cet aspect de sa personnalité fera beaucoup plus pour sa notoriété que n’importe quelle compétence immobilière.

 

  1. Il vous rend inoffensif, en surface….. En effet, lorsque l’on a ri de quelqu’un, inconsciemment, on arrête de le considérer comme un obstacle sérieux. On l’oublie ou on le sous-estime. Erreur fatale ! ( cf: les hommes politiques). Le gros Goliath a dû bien rigoler en voyant le ridicule petit David avec sa ridicule petite fronde. L’Histoire nous dit qu’il n’a pas rigolé longtemps !

 

  1. Vous n’êtes plus quelqu’un d’ennuyeux. Or, si le ridicule ne tue pas, l’ennui, lui, peut être mortel. Il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux. La jeune génération a une vraie sympathie pour le ridicule, parfois jusqu’à l’excès. Mais, ils ne sont pas les seuls : notre pays déteste littéralement les gagnants et cultive une tendresse particulière pour les perdants. C’est comme ça. Alors, en inscrivant un peu de ridicule dans sa vie, en faisant cette petite concession, on sort de la catégorie “vieux con” et la communication intergénérationnelle n’en est que plus facilitée. La vie n’est pas un long fleuve tranquille . Accepter une petite dose de ridicule, apprendre à son ego à en rire, faire du ridicule une attitude de défi ne peut qu’être bénéfique à tous. Allez, faisons fi des esprits chagrins et osons être légèrement “ egophobes” !

 

Donc, si je récapitule, qu’avons nous jusqu’à maintenant ? le Ridicule peut être un allié s’il est bien mesuré, choisi et assumé . Mais, ce ne sont pas les seules conditions.

En effet, il convient de prendre garde à 2 facteurs:

 

  1. Ce qui est ridicule pour les uns ne l’est pas pour les autres. Différence de culture oblige. Pour moi, la coupe “poney” adoptée par les fans de foot est le summum du ridicule. Pour les fans en question c’est le summum de la branchitude. C’est une affaire de codes. Donc, quitte à choisir son ridicule, taper de préférence dans les codes de votre entourage, car après tout, c’est pour lui que vous vous donnez du mal!
  2. Préférez le faire à l’être. A choisir, mieux vaut faire quelque chose de ridicule que d’être quelqu’un de ridicule, à moins d’être diplômé es- Ridicule comme moi ! Commencez par des choses simples histoire de voir comment votre ego s’en sort !

 

Mais alors, me direz vous, quel rapport avec le monde de l’entreprise? J’y viens, j’y viens , ne soyez pas ridiculement impatients!

 

Le monde de l’entreprise a ses codes, mais on oublie trop souvent que c’est l’humain qui le fait vivre. Alors , posez vous la question: quelle image voulez vous donner?

 

  1. Quelqu’un de sérieux, sans humour, ennuyeux, à l’ego sur-dimensionné, ou
  2. quelqu’un qui prend son job au sérieux mais sait rire de lui-même?

 

Qu’il s’agisse d’un patron, d’un partenaire, d’un client, d’un commercial, vers lequel des deux iriez vous le plus facilement? Croyez vous être une exception?

 

L’auto-dérision commence par accepter un peu de ridicule dans notre vie. De toutes les façons, qu’on le veuille ou pas, le ridicule nous colle aux basques comme un chewing-gum  et l’accepter, voir même le cultiver de temps en temps peut s’avérer salutaire !

 

Et, si je me suis ridiculisée avec cet article, tant mieux, j’assume !

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share this post



One thought on “Le Ridicule : un allié insoupçonné

  1. Hi, Saah-Trank you for the beautiful post! Your pictures and words are lovely. It’s so important that we give thanks for the good in our lives, and you obviously have some great things to be thankful for!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.